Présentation

En raison du vieillissement de la population et des départs massifs des babyboumeurs vers la retraite, la croissance du bassin de main-d’œuvre diminue au Québec. Elle ralentira davantage au cours de la prochaine décennie, entraînant dans son sillage des défis de recrutement de personnel et de compétitivité des entreprises. Embaucher des personnes de plus de 50 ans et retenir plus longtemps au sein de l’entreprise ceux et celles qui y travaillent déjà permettraient d’atténuer ce problème.

Face à la rareté de la main-d’œuvre, les travailleuses et travailleurs expérimentés représentent une partie de la solution. D’ailleurs, cette main-d’œuvre expérimentée a tendance à être de plus en plus active sur le marché de l’emploi. Certaines personnes font une transition entre le travail et la retraite en diminuant leurs heures de travail, en changeant d’emploi, voire de carrière à la fin de leur vie active, alors que d’autres prennent leur retraite et décident, plus tard, de retourner sur le marché du travail.

Même une augmentation modeste du taux d’emploi des travailleuses et travailleurs expérimentés contribuerait à renverser la tendance de la pénurie de main-d’œuvre.

Avantages de faire appel aux travailleuses et travailleurs de 50 ans et plus

Toute entreprise tire des avantages à appliquer des mesures favorisant le maintien en emploi ou le recrutement d’une main-d’œuvre expérimentée. En voici quelques exemples :

  • Baisse du taux de roulement du personnel et du coût de recrutement et de formation de nouveaux employés.
  • Diminution de la perte d’une expertise qui résulte des départs à la retraite ou vers des entreprises concurrentes.
  • Mise à contribution du personnel expérimenté à la formation des autres travailleurs par un transfert de connaissances.
  • Effet positif sur la continuité de la relation avec les clients.
  • Accès à un plus large bassin de compétence, d’expérience et de créativité par la constitution d’une équipe de travail diversifiée sur le plan de l’âge.

Bref, pour une entreprise, les coûts associés au départ de la main-d’œuvre expérimentée dépassent largement ceux de leur maintien en emploi, de leur formation ou de leur embauche. La question est donc de savoir si les pratiques de gestion des ressources humaines de l’entreprise favorisent ou non l’attraction et la rétention de cette main-d’œuvre vieillissante.

Évaluez vos pratiques !

L’Association québécoise de gérontologie en partenariat avec l’Université TÉLUQ ont créé cet outil pour vous permettre d’évaluer les pratiques de gestion de votre organisation à l’endroit du personnel âgé de 50 ans et plus. La conception a été réalisée par la professeure Diane-Gabrielle Tremblay, spécialiste de la gestion des ressources humaines et des pratiques de maintien en emploi de la main-d’œuvre expérimentée avec la collaboration du professeur Sari Mansour.

L’outil s’adresse aux entreprises privées, aux organisations publiques ou parapubliques, aux entreprises d’économie sociale et aux organismes à but non lucratif ayant un établissement au Québec, peu importe leur taille ou leur secteur d’activités.

Après avoir répondu aux questions, l’organisation obtient une évaluation qui lui permet d’identifier ses bonnes pratiques et celles à améliorer. Plus qu’un sondage, cet outil donne accès à une trousse d’informations du programme Générations au travail, réussir ensemble ! (www.generationsautravail.ca). La trousse permet d’aider l’organisation à mettre en place des mesures visant à enrichir ses pratiques en tenant davantage compte de la valeur de la main-d’œuvre expérimentée.

Merci de votre collaboration. Cliquez ici pour débuter.